referencement site - maca - annuaire francophone - sextoys

 

yentl.jpg

Arturo de Ascanio disait : "Un magicien doit savoir de qui il a hérité son art".


La magie est née avec le monde, c’est une langue universelle. L’illusionnisme est vieux comme le mensonge et le mensonge est vieux comme le monde (« le prestidigitateur » est donc plus illusionniste que magicien). La magie en elle-même n’a aucun intérêt, elle est dénuée de sens. Elle opère quand elle vise à faire passer un message, à raconter une histoire dans un cadre cohérent, à exprimer quelque chose par différents sentiments (le rire, la peur, la tristesse, la nostalgie, le dégoût, la compassion, le mépris...). De tous temps, et aujourd’hui encore, la magie sert différemment les illusionnistes. Il y a d’un coté ceux qui s’en servent à des fins personnelles et de l’autre ceux qui la servent (serviteur d’un Art à part entière).

La première question que tout illusionniste devrait se poser est : Pourquoi je fais de la magie ? Quel but et surtout quel sens dans tout ça ? Communément on fait beaucoup de choses machinalement dans la vie s’en se poser de questions, et généralement « on s’arrête toujours de penser trop tôt » (1). Je crois qu’au départ on fait de la magie pour combler un manque. Manque de reconnaissance, d’amour le plus souvent ; manque d’argent pour d’autres. Plus concrètement chacun doit trouver sa motivation profonde, se poser sincèrement la question ; ainsi il saura le pourquoi du comment :

  • Je fais de la magie pour l’amour de l’Art (réponse vague).
  • Je fais de la magie pour gagner de l’argent (réponse concrète).
  • Je fais de la magie pour flatter mon ego et montrer ma supériorité aux autres (pratique courante).
  • Je fais de la magie pour échanger, construire une relation, développer des émotions avec le public.

Pour ma part, je crois que la dernière réponse a un sens que les autres n’ont pas. Pourquoi faire de la magie si c’est simplement pour montrer ce dont-on est capable ou pour gagner de l’argent comme finalité ? C’est se priver du potentiel énorme de cet Art basé sur la communication, l’échange et la psychologie. Montrer littéralement ce dont on est capable n’est en réalité qu’une démonstration froide dénuée de sentiments. Vouloir à tout prix gagner de l’argent entraîne souvent à faire des concessions et à dénaturer la magie ; brillant à l’extérieur, mais vide à l’intérieur. Il faut un minimum d’amour et d’application dans notre travail pour espérer toucher les gens, autrement que par des motivations personnelles et égoïstes.

L’illusionnisme est une aventure subjective. L’illusion de magie naît dans l’esprit du spectateur (dans sa conscience) et l’artiste magicien est un artisan de la construction de perception. L’effet magique est comme le trompe- l’œil en peinture et devient tour d’esprit. Albert Goshman disait que « la magie ne se trouve pas dans la main du magicien, mais dans l’œil de celui qui regarde ». Il faut au moins être deux pour vivre un miracle ; un pour le présenter et un autre pour y croire. Sans le spectateur pas de magie. « On existe que dans l’œil de l’autre » : vieux principe philosophique qui s’applique parfaitement à l’illusionnisme. Le plus important n’est donc pas ce que le magicien fait (le répertoire, la technique...) mais l’interprétation que le public en fait.

On comprend de suite qu’il y a faire de la magie (sans « se prendre la tête ») et faire de la magie (« rentrer dans la tête des gens », dans leur inconscient). L’illusionnisme est probablement l’un des Arts du spectacle le plus complet qui appelle au-delà de l’habileté manuelle, sens créatif et sens artistique ; sens de la communication et des relations humaines.

Etre un artiste magicien c’est s’engager, assurer le poste d’auteur, metteur en scène et comédien. Créer, inventer, adapter, assembler, organiser, mettre en scène, présenter, jouer et interpréter. Bref un travail complet qui ne s’improvise pas. Il faut s’investir humainement dans tout ce que l’on présente. La magie est un Art du vivant. C’est à travers mon corps, mon personnage, ma personnalité que je vais faire passer des émotions. L’illusion ne peut pas être qu’une affaire d’œil et de mains, ce doit être une affaire de cœur ! « La magie c’est quand l’âme agit. » (2)

Je crois que le rôle de l’artiste magicien est de renouer avec le mystère du monde, sur la voie d’un ré enchantement. On a pour mission de créer du rêve, de l’évasion, du mystère ; de révéler la magie qu’il y a en chacun de nous en offrant une nouvelle voie de communication, en tissant des liens sociaux apportant convivialité et échanges. La magie fait partie de la vie et participe à la formation de liens humains avant toute chose. « Les nouvelles technologies, le multimédia, nous servent à mon avis qu’à dépersonnaliser l’individu et couper le contact au lieu de rapprocher les gens. Et que veulent les gens actuellement ?, ils veulent qu’on leur parle, qu’on les aime, ils veulent sentir de la chaleur humaine, ils veulent qu’on les fasse rêver. Et plus on sera en période de crise, plus les gens auront besoin de ça !. Le magicien qui vient de la nuit des temps sera encore là dans 2000 ans, car il correspond à un besoin sous-jacent du public. » (3)

(1) Dai Vernon (2) Sylvain Mirouf (3) Jean Merlin

Avant d'entamer l'histoire de notre art, une question m'est souvent posée : "Y-a-t-il une différence entre magie, illusionnisme et prestidigitation".

Pour y répondre il faut percevoir l'étendue du sens de chacun de ces trois termes, qui se recoupent tout en possédant chacun leur univers sémantique propre. Il faut savoir que chacun de ces termes correspond à une conception différente de l'art magique.

Le terme "magie" est très équivoque, il peut être assimilé à la magie noire, aux pratiques occultes. Dans son sens de "magie blanche", d'art du spectacle, la magie est une alchimie, alliance subtile de l'aspect technique indispensable avec l'aspect de présentation (timing, tonalité de la voix, gestes, attitudes, suspense,...). C'est cette alliance qui crée réellement l'ambiance, l'émotion et l'Effet Magique...C'est ce terme qui transforme le simple jeu de technique en véritable miracle... Nous allons décrypter son sens dans les pages qui suivent.

La "prestidigitation" repose sur la dextérité, l'habileté de l'exécutant et qui recouvre donc l'aspect technique. Ce terme provient de presto digiti (habileté des doigts). Il réduit la magie à une simple affaire de manipulation nécessitant de l'entraînement, mais à l'avantage d'écarter toute ambigüité avec des pratiques occultes.

Robert-Houdin, dans ses "Confidences" rapporte l'histoire de l'expression de "prestidigitateur" : elle nous vient de Jules de Rovère en 1815, qui cherchait une "appellation qui s'accorderait mieux à ses nobles origines", pour remplacer les titres d'escamoteur ou de physicien. Par changement de suffixe, "prestidigitateur" a produit "prestidigitation" (et non l'inverse).

L'affiche annonçant pour la première fois une séance de "prestidigitation" en donnait également l'étymologie, qui est la suivante :

  • l'adjectif "preste" est emprunté à l'italien "presto" (agile)
  • le radical "digitus", doigt en latin
  • le suffixe "-ateur"

Donc "l'homme aux doigts prestes".

Prestidigitateur et prestidigitation sont attestés pour la première fois en 1823 (Dictionnaire historique de la langue française).

En revanche, le mot n'apparaît dans le Dictionnaire de l'Académie Française qu'en 1878 et non en 1835, ce qui est assez surprenant. L'ouvrage n'est d'ailleurs pas très bavard dans sa définition de 1878 : "Celui qui fait des tours de gobelet, escamoteur".

Il est intéressant de noter que dans le dictionnaire de 1932-1935, la définition abandonne l'histoire des gobelets pour ne garder que : "Celui qui fait des tours d'escamotage".

La citation par le Grand Robert de la "Clinique du langage" de A.Thérive est intéressante : "On nous permettra de clore la série par un mot (...) qui est le plus bouffon de tous : c'est prestidigitateur. On avait à naturaliser le terme italien de prestigiatore qui est l'équivalent de prestigeur, en somme : faiseur de prestiges, illusionniste (...). On a forgé ce cocasse mot latin où il s'agit de doigt (digitus), en gardant un élément preste qui est italien. Et le mot a fait fortune (...)"

Pour paraphraser Stephan Alzaris, le terme d'illusionnisme véhicule une vision plus "psychologique" de la magie où entrent en jeu la manipulation des sens et le jeu des apparences. L'illusion traduit une erreur de perception causée par une fausse apparence : le spectateur croit avoir une vision de l'impossible.

Qui n'a jamais vu sur une place publique, dans une baraque foraine, sur la scène d'un théâtre ou à la télévision, cet homme qu'on a appelé suivant les époques joueur de gobelets, escamoteur, faiseur de tours, physicien, prestidigitateur ou illusionniste ? Quelle idée se fait-on généralement de ce personnage ? N'est-il qu'un amiable farceur, un amuseur qui grâce a quelques petits trucs escamote notre argent ou bien est-il cet artiste, cet enchanteur, ce magicien qui, par son talent et sa dextérité nous transporte dans un monde de rêve et d'enchantement ?

L'Illusionnisme est un art, un art populace et un art du spectacle.  Quelque soit l'endroit ou il opère, l'illusionniste est un artiste, un artiste complet.  Il est à la fois auteur, metteur en scène, réalisateur et interprète. Il ne se contente pas d'exécuter un numéro et de jouer un personnage il les crée.

Mais d'ou viennent ce peu de connaissance et ce manque de considération que l'on porte parfois aux illusionnistes ?  Serait-ce la déception de ne pouvoir découvrir son "truc" ou plutôt de ne percevoir qu'un seul côté de son art.  L'envers, constitue par l'adresse, la dextérité et l'ingéniosité incroyable de certains truquages devant nécessairement rester secret et ignoré de public.  Ce double aspect, le fait de dire au spectateur que l'on fait l'essence même de l'illusionnisme.  Ce dé-doublement de l'artiste qui exécute simultanément deux rôles différents, ces deux personnages qui doivent parfaitement se compléter et se confondre pour réussir à créer l'illusion ne se rencontrent dans aucun autre art du spectacle. La nécessite pour un illusionniste de ne pas révéler les secrets qui sont la base même de ses meilleures illusions rend difficile et foncement très incomplète la connaissance de cet art mystérieux.

Vais-je violer la règle du secret ? Le problème est posé, je pense que si la règle du secret est violée, il est plus important de retirer l'article ou de le sécuriser. Reste à définir si cette partie là révèle véritablement un secret, c'est là où le litige apparaît. Il est vrai que les spectateurs se doute bien que l'objet est dissimulé dans la main à un moment, malgré tout, pendant le numéro, si celui-ci est bien exécuté évidemment, il ne pense à aucun moment que la balle est dissimulé dans la main, ils penseront plutôt à vérifier les manches, les poches etc. Le fait donc d'écrire ceci dans un site public rappellera, en pleins numéro, aux futurs spectateurs-internautes qu'un jour, une source assez sûr lui a dit que les magiciens cachaient des objets dans leur main. Ainsi, les spectateurs-internautes ne recherchent plus à se joindre au moment magique mais à comprendre un trucage, à trouver à quel moment ment le magicien. Peut-être que le magicien n'aura véritablement rien dans les mains à ce moment-là, mais la remarque du spectateur aura alors générer un temps, à mon sens, inutile et ennuyeux qui aura pour effet de diminuer l'attention porter par les spectateurs sur le magicien. Bien sûr ceux-ci à un degré assez faible, mais ce sont les détails qui compte. D'autres part, si le magicien avait les mains réellement vides, ils les auraient montrer d'une façon ou d'une autre. Toutefois je ne suis pas naïf, je sais très bien que ces données ont déjà été publié dans d'autres écrits publiques, à cela j'ajouterais une expression familliaire : "Si tu vois quelqu'un ce jeter du pont, tu sauteras aussi ?" Bien sûr, cette technique est assez connue pour le public, c'est pour cela que les magiciens cherchent toujours à créer de nouveaux tours, toujours plus nets. Malgré tout, la magie en générale aura un temps d'avance sur son public si celui-ci n'a aucune idée de trucages et n'a pas en mémoire une technique divulgué par un magicien. Après, comme dira l'autre, la technique n'est qu'un outil permettant par la suite grâce aux talents du magicien de créer un moment magique. Malgré tout, divulgué les outils casse l'effet de surprise pouvant susciter l'émotion chez le spectateur.

Pourquoi ce site ? Pour la juste cause qu'est l'enrichissement de notre culture. Comprendre les illusions du passé et celle du présent. 

Pour apprendre la prestidigitation, la magie et l'illusion il faut entrer dans l'histoire et en étudier ses contours...


Hommes aux milles mains je vous salue.

N'êtes-vous pas représentatifs de ce temps et de cet espace qui se mélangent pour nous tromper et nous opposent leurs murs innombrables ? Hommes aux milles mains, ce que vous nous faites croire est plus réel que le réel qui est un rêve. Car dans cette partie vous tenez le rôle du sort et du mystère. Vos mensonges nous émerveillent davantage que notre fausse vérité. Hommes aux milles mains, je forme des voeux pour que votre art se lègue, parce qu'il s'adresse à ce que le monde conserve en lui de meilleur: l'enfance."

Jean cocteau, 1953.

 

Curieux cerveau que celui de l’être humain! Alors qu’il est la clé de notre évolution, de nos progrès, de nos avancées dans les domaines scientifiques, il se montre, par quelque étrangeté qui n’appartient qu’à lui, propice à la fabulation, à la mystification, à l’appel de telle entité ou force pour expliquer le devenir ou l’existence de certains phénomènes. Capable même de se replier sur des zones dangereuses car tenant de l’obscurantisme et – fatalement – de la régression. Une tension entre le savoir et le croire, la logique et la crédulité, le tangible et l’aveuglement,

Certains voyagent dans des sphères surnaturelles, irrationnelles, absurdes dans lesquelles ils se complaisent.

Partons à l’abordage des fariboles dont est capable l’esprit humain, en promettant dans le même temps quelques pages sacrilèges et corrosives… mais ô combien nécessaires pour désamorcer les fondamentalismes qui pullulent si aisément.


affiche-deontologie.jpg

Merci à :

http://sergecar.perso.neuf.fr/index.htm

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×