Charmes et envoûtements

Contrairement à l'invocation dont on a parlé plus haut, il s'agit ici d'incantations et de pratiques à effet négatif, de véritables envoûtements. Le magicien implore tel ou tel démon dans tel ou tel cimetière particulier pour lui permettre d'accomplir son désir. Cette invocation est suivie d'une prière finale (exaïtèsis) au soleil pour qu'il contraigne le démon à obéir. On a observé que, contrairement aux hommes pieux qui invoquent le soleil quand il se lève, le sorcier, lui, l'invoque quand il se couche (et va alors rejoindre le monde infernal).

250px-paulus-b-c3-bccherverbrennung.jpg

Les envoûtements de la magie érotique ont pour but d'installer la mésentente dans un couple pour écarter un rival, soit le mari soit un autre amant. Ces imprécations orales accompagnent des figurines mutilées (voir "Défixion") et des textes écrits : on a pu dire que ces textes écrits pérennisent ce qu'a prononcé la voix. Les envoûtements ainsi produits peuvent s'accompagner et s'aider de pharmaka, substances variées qui peuvent parfois en d'autres circonstances apporter un soulagement 3 mais qui peuvent aussi avoir des effets maléfiques (ils deviennent des philtres) : pensons aux pharmaka dont Médée enduit la robe de Glaukè, la fiancée de Jason, ou à ceux qui, enduisant la tunique de Nessus, provoquent les souffrances et la mort d'Héraklès ; dans le premier cas, il s'agit d'éliminer une rivale, dans le second, de retrouver l'amour d'un homme. La Grèce archaïque, d'après ces deux exemples, connaissait donc la magie érotique, mais il faut remarquer que ceux qui l'exerçaient n'étaient pas des sorciers de profession.

384312994.jpg

À partir du Ve siècle les envoûtements vont se "banaliser" dans la vie de tous les jours. Toutes ces cérémonies secrètes, inquiétantes et nocturnes se placent le plus souvent sous la protection d'Hécate, patronne par excellence, comme nous l'avons signalé plus haut, de la magie et de la sorcellerie, la déesse archère, "qui tire au loin (ou : "de loin") ses flèches", choisissant librement sa cible, flèches imbibées éventuellement d'un poison créateur de maladie, ou flèches de mort ; l'arc (en grec : toxon, d'où le mot français "toxique") n'est pleinement efficace que si la flèche est empoisonnée (pensons, entre autres, à l'arc de Philoctète) ; or, exercer la magie c'est, précisément, agir à distance.

La pratique de l'envoûtement va durer jusqu'à l'époque des empereurs romains : à cette époque ce n'est plus seulement dans le domaine érotique mais aussi dans le domaine politique (Tacite, Annales) ou professionnel (par exemple les courses de chevaux) qu'il s'exerce.

3 Le mot pharmakon a donc un double sens, comme, d'ailleurs, le verbe thelgein , qui signifie "charmer par enchantement magique", d'où "séduire, tromper", mais qui, en bonne part, peut signifier "charmer, procurer du plaisir, apaiser "...

nama-ath-c3-a9na-varvakeion.jpg

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site