Cornes à boire

Il y a certaines cornes à boire qui, après que l’on y a introduit du vin, laissent couler, lorsqu’on y verse de l’eau, tantôt de l’eau pure, tantôt du vin pur.

pneuma23-1.gif 

 

 

En voici la construction.

Soit une corne à boire ΑΒΓΔ munie de deux diaphragmes ΔΕ et ZH à travers lesquels passe un tube ΘΚ soudé à ces diaphragmes et percé d’un trou L un peu au-dessus du diaphragme ΖΗ. Au-dessous du diaphragme il y a un évent M dans la paroi du vase.

Ces dispositions prises, si quelqu’un, bouchant l’orifice de sortie Γ, verse du vin dans la corne, ce vin coulera par le trou Λ dans le compartiment ΔΕΖΗ, car l’air qui y est contenu peut s’échapper par l’évent si maintenant nous bouchons l’évent M, le vin qui est dans le compartiment ΔΕΗΖ y sera retenu. Par conséquent si, fermant l’évent M, nous versons de l’eau dans la partie ΑΒΔΕ du vase, il s’écoulera de l’eau pure [par l’orifice Γ]; si, ensuite, nous ouvrons l’évent M pendant qu’il y a encore de l’eau au-dessus du diaphragme supérieur, il s’écoulera un mélange d’eau et de vin; puis, lorsque toute l’eau sera écoulée, du vin pur.

En ouvrant et fermant plus souvent l’évent M, on peut faire varier la nature de l’écoulement; ou, ce qui est mieux encore, on peut commencer par remplir d’eau le compartiment ΑΕΖΗ, puis, fermant en M, verser le vin par dessus. Alors on verra s’écouler tantôt du vin pur, tantôt un mélange d’eau et de vin quand l’évent M sera ouvert; tantôt encore du vin pur quand cet évent sera fermé de nouveau; et cela se reproduira autant de fois que nous le voudrons.

A notre époque, on retrouve la même idée avec cet accessoire indispensable à tout magicien proposant des spectacles pour enfants (et adultes)

comdyfunl-jpg-2-1.jpg

destockage-2427-entonnoir-magique-ref-mentoma-discount-1.jpg

Construire une corne à boire telle que si on pose dessus une cloche de verre et qu’elle laisse couler un liquide, le liquide montera dans la cloche avant de s’échapper au-dehors.

pneuma58.gif

       

Soit ΑΒΓ la corne à boire fermée par un diaphragme ΔΕ; de ΔΕ partent deux tubes ZH et ΘΚ dont l’un ZH aboutit au dehors (de la corne] et ΘΚ au dedans; au-dessus de ce diaphragme on place une cloche de verre MN. Dans le diaphragme ΔΕ et en dehors de la cloche de verre il y a un trou Ξ par lequel on verse l’eau dans la corne. Lorsque celle-ci a été remplie par ledit trou, le tube ΘΚ se trouve rempli en même temps et l’eau finit par monter dans la cloche de verre de manière à ressortir par le tube ZH. Nous reproduisons ainsi la disposition d’un siphon recourbé dont ΘΚ est la petite branche et ZH la grande; cette dernière attirera donc le liquide contenu dans la corne, qui montera dans la cloche de verre; mais auparavant elle attirera l’air contenu dans cette cloche parce que l’air est plus léger que le liquide. On verra donc le liquide s’élancer dans l’espace où l’on a ainsi fait le vide et retomber ensuite par son propre poids, car le mouvement de bas en haut est contraire à sa nature. 

Il y a une autre disposition au moyen de laquelle le liquide est porté peu à peu en haut et y reste, de telle sorte qu’il semble avoir un mouvement ascensionnel continu.

pneuma59.gif

     

Soit AB un piédestal fermé de toute part, muni d’un diaphragme ΓΔ et d’une cloche de verre EZ, de forme cylindrique, également étanche. Dans cette cloche sont deux tubes : l’un d’eux ΗΘ arrive presque jusqu’au sommet de EZ et traverse le diaphragme; l’autre ΚΛ traverse la paroi supérieure du piédestal et descend jusque près du diaphragme. Dans le piédestal, en dehors de la cloche de verre, est une ouverture M qui sert à remplir le compartiment ΑΔ ; dans le bas de ce même piédestal il y a encore un goulot N. Enfin, un autre tube ΞΟ, traversant le diaphragme et arrivant jusque près du fond du piédestal, sert à remplir le compartiment ΓΒ.

Fermant donc le goulot N [si nous versons du liquide par le tube ΞΟ], l’air qui est dans ΓΒ s’échappera par les tubes ΗΘ, K et par le trou M ; quand le compartiment GB sera plein, nous remplirons ΑΔ par le trou M et l’air sortira par le même trou.

Maintenant, si [après avoir fermé l’orifice Ξ] nous laissons couler le goulot N, l’air de la cloche de verre passera par le tube ΗΘ dans l’espace vide qui s’est formé dans ΓΒ, et le vide créé dans la cloche sera rempli par un jet de liquide venant du compartiment ΑΔ où l’air entrera par le trou M. Cela se produira jusqu’à ce que la cloche de verre soit remplie. — Il importe que les espaces AD, ΓΒ et EZ soient de même volume pour que l’air et l’eau puissent prendre la place l’un de l’autre. — Quand le compartiment ΓΔ est vidé et que la continuité a été rompue par l’air, l’eau redescendra de la cloche de verre dans le compartiment ΔΑ, l’air passant dans la cloche par le goulot N et le tube ΗΘ. Quant à l’air qui est dans le vase ΑΔ, il s’échappera par le trou M. 

Construction d’une corne à boire de laquelle s’écoulera d’abord un mélange d’eau et de vin; puis, en y versant de l’eau pure, on verra couler à volonté de l’eau pure et de l’eau mélangée avec du vin.

pneuma71.gif

   

Soit AB une corne à boire dont le col est fermé par une cloison ΓΔ à travers laquelle passe un tube EZ aboutissant à l’orifice d’écoulement et ayant, à l’intérieur de la corne, un petit trou H.

En fermant l’orifice Z et en versant le mélange, celui-ci passera dans l’intérieur de la corne par le trou H, si ensuite nous ouvrons l’orifice Z, le mélange s’écoulera par cet orifice, l’air rentrant par l’évent Θ. Fermons maintenant l’évent Θ et versons de l’eau pure, celle-ci coulera, mais le mélange ne coulera pas parce que l’air n’a point d’accès. L’évent Θ étant débouché, tous deux s’écouleront: l’eau et le mélange ou plutôt un mélange formé de l’un et de l’autre. 


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site