Les libations de l'autel

Construire un autel de telle manière que, quand on allume du feu par-dessus, les statues qui sont sur les côtés fassent des libations.

pneuma18.gif

     

Soit un piédestal ΑΒΓΔ sur lequel sont placés des statues et un autel ΕΖΗ fermé de toutes parts. Le piédestal doit également être hermétiquement clos; il communique avec l’autel en H; il est aussi traversé par le tube ΘΚΔ, peu éloigné du fond du côté de Δ et venant aboutir une coupe que tient la statue en Θ. On verse de l’eau dans le piédestal par un trou M que l’on bouche ensuite. Si donc on allume du feu sur l’autel ΕΖΗ, il arrivera que l’air intérieur dilaté pénétrera dans le piédestal et en chassera l’eau ; mais celle-ci, n’ayant d’autre issue que le tube ΘΚΛ, monte dans la coupe et la statue fait ainsi une libation ; cela dure aussi longtemps que dure le feu. En éteignant le feu, la libation cesse et elle recommence autant de fois qu’on le rallume. Il faut du reste que le tube par lequel la chaleur doit s’introduire soit plus large au milieu; il est nécessaire en effet que la chaleur, ou plutôt que le souffle qu’elle produit, s’accumule dans un renflement pour avoir plus d’effet.

 

1-33.jpg 

A cette époque, une libation est un rituel religieux consistant en la présentation d'une boisson en offrande à un dieu, en renversant quelques gouttes sur le sol ou sur un autel. Les liquides offerts en libations étaient variés, le plus souvent du vin, du lait ou de l'huile d'olive. C'est une forme de sacrifice.

Il fut très pratiqué dans les religions de l'Antiquité.

La Bible évoque la libation à plusieurs reprises.

«  Et Jacob dressa un monument dans le lieu où Dieu lui avait parlé, un monument de pierres, sur lequel il fit une libation et versa de l'huile.  »

— Genèse, 35.14

«  Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche.  »

— 2 Timothée, 4.6

Un holocauste est toujours accompagné d'une libation de vin.

Dans sa Lettre aux Romains, Ignace d'Antioche compare le martyre des chrétiens à une libation.

En Grèce antique, la libation (spondè) est accompagnée d'une prière ou d'un vœu. Elle peut être accomplie à tout moment de la journée, pour invoquer la bienveillance divine. Lors des banquets, elle clôt le dîner (δεῖπνον / deĩpnon) et débute la beuverie (πότος / pótos).

Théophraste la décrit comme un « toast en l'honneur du bon démon ».

De nos jours, dans la culture hip-hop américaine, la libation consiste à verser une petite quantité de liqueur de malt, ou autre alcool, sur le sol, en hommage à des camarades enterrés (« dead homies ») ou en prison, ou simplement pour consacrer une nouvelle entreprise.

La libation a toujours été très pratiquée dans les traditions africaines. On la retrouve encore de nos jours en Afrique Noire. En Amérique Latine, et notamment au Pérou et au Chili, elle perdure en hommage à la "Pacha Mama", déité de la terre, à laquelle sont offertes quelques gouttes de vin ou de bière avant leur consommation.

En allumant du feu sur un autel, des figures font des libations et de petits serpents sifflent.

pneuma67.gif  

Soit AB un piédestal creux sur lequel est un autel Γ, dans l’intérieur duquel est un gros tube à ΔΕ descendant du foyer dans le piédestal et se divisant en trois petits tubes: l’un EZ se rend à la gueule du serpent, l’autre ΕΗΘ à un vase propre à contenir du vin ΚΛ, dont le fond doit se trouver au-dessus de l’animal figuré en M, ce tube devant se relier au couvercle du vase ΚΛ par un grillage. Le troisième tube ΕΝΞ monte également à un vase O propre à recevoir du vin et est relié de la même manière à son couvercle; les deux derniers tubes sont soudés aux fonds des vases, dans chacun desquels se trouve un siphon recourbé ΡΣ et ΤΥ. Chacun de ces tubes a une de ses extrémités plongée dans le vin, tandis que l’autre, qui aboutit à la main de la figure qui doit faire la libation, traverse d’une façon étanche la paroi du vase à vin. Quand tu voudras allumer le feu, tu projetteras d’abord un peu d’eau dans les tubes afin qu’ils ne soient point crevés par la sécheresse du feu et tu boucheras toutes les ouvertures pour que l’air ne s’échappe pas. Alors le souffle du feu, mélangé avec l’eau, montera par les tubes jusqu’aux grillages et, passant par ces grillages, elle pressera sur le vin et le fera écouler par les siphons ΡΣ et ΤΥ. Le vin sortant ainsi des mains des figures, celles-ci paraissent faire des libations tant que l’autel est en feu. Quant à l’autre tube, qui conduit le souffle à la gueule du serpent, il le fait siffler. 

En insufflant de l’air par la bouche dans certaines figurines, celles-ci laissent échapper de l’eau par quelque autre orifice: ainsi, un satyre tenant une outre, l’eau sera chassée par cette outre.

pneuma60.gif  

Soit ΑΒΓΔ une base étanche sur laquelle repose la figurine. De la bouche de celle-ci par un tube ΕΖ qui aboutit dans la base et à la partie inférieure duquel est une petite plaque ΗΘ qui en ferme l’ouverture Z. Cette plaque est retenue par des goupilles à tête qui l’empêchent de tomber. Soit ΚΛ un autre tube pénétrant dans le piédestal; son extrémité K doit aboutir au point par où l’on veut faire jaillir l’eau; l’autre doit arriver presqu’au fond de la base n’y laissant que l’intervalle nécessaire pour le passage de l’eau. En K il doit y avoir un bouchon pour fermer l’orifice qu’on fera très étroit.

Versons maintenant une certaine quantité d’eau dans la base par un trou que nous boucherons après cette introduction, puis fermons l’orifice K et insufflons de l’air par le tube EZ ; cet air repoussera la plaque et s’accumulera dans la base parce qu’il fera fermer la soupape. Enlevons alors le bouchon de l’orifice K et aussitôt l’air comprimé chassera violemment l’air contenu dans La base par l’orifice K jusqu’à ce que, toute l’eau étant projetée, l’air ait repris son état naturel, c’est-à-dire qu’il ne soit plus soumis à aucune compression.

Du feu étant allumé sur un autel, des figures paraîtront exécuter une ronde. Les autels doivent être transparents, en verre ou en corne.

pneuma77.gif

   

Du foyer part un tube allant jusqu’à la base de l’autel, où il tourne sur un pivot pendant que sa partie supérieure tourne dans un tuyau fixé au foyer. Au tube doivent être ajustés d’autres tubes (horizontaux) en communication avec lui, qui se croisent entre eux à angle droit et qui sont recourbés à leurs extrémités en sens contraire. On lui fixe également un disque sur lequel sont attachées des figures qui forment une ronde. Lorsque le feu de l’autel est allumé, l’air, s’échauffant, passera à travers le tuyau dans le tube, mais chassé de ce tube à travers les petits tubes recourbés et………………… il fait tourner le tube ainsi que les figures qui forment la ronde. 


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×