La dagyde

Nous pouvons la trouver un peu partout, du fin fond de l'Afrique jusque dans les hauts plateaux des Andes. Elle s'emploie dans la macumba brésilienne, le vaudou tahitien. Les plus anciennes furent Sumériennes et Egyptiennes.

Dans la Heka, elles furent fortement employées et de diverses manières.

 

« Pour mieux combattre ses ennemis, l'Egyptien doit d'abord les visualiser et leur donnant une forme tangible, le plus souvent humaine. Rabaisé au même niveau que le protagoniste, l'adversaire peut donc plus facilement être touché au moyen d'armes humaines et être aussi réduit à l'impuissance ». Heka Magie et envoûtement dans l'Egypte ancienne -dép. Des antiquités égyptiennes du musée du Louvre - Janv. 2001. dagyde.jpg
Etrangement, l'Egypte employa peu le principe du témoin (élément de la personne : ongle, cheveux.... dans la confection. La visualition, le nom symbole du Ka suffisait. Les dagydes égyptiennes étaient souvent en terre rouge (symbole du désert et du chaos opposée à la terre noire – Khémi - du Nil). Les statuettes étaient souvent en posture agenouillées et ligotée.
Des formules étaient récitées.


Les "dagydes" égyptienne rentre dans un concept plus large. La possiblité du ka d'un être, d'une entité ou d'un Dieu de se matérialiser dans sa représentation.


Une princesse hititte, soeur d'une épouse de Ramses II, fut envoutée. Secours fut demandé à l'Egypte. Des prêtes se déplacèrent mais ne purent chasser le démon. Alors, fut envoyée une statue du Dieu Khonsou (Dieu lunaire de Thèbe, e "Khonsou-qui-gouverne-Thèbes", le grand dieu qui chasse les démons errants. Le démon reconnut la suprématie du Dieu et quitta le corp de la princesse. Il est dit que le Dieu et le Démon firent la fête ensemble.

Les arabes racontent l'histoire de Mas"ûdî.

"Lorsque l'armée de Pharaon fut noyée dans la mer rouge, les femmes et les esclaves craignirent d'être attaqués par les rois de Syrie et de l'Ouest. (...) ils élirent Dalukah, parce qu'elle était sage, prudente et intiée en magie. (...)


La première action que fit Délukah, fut de faire construire un mur entourant la terre d'Egypte. Le long de celui-ci, elle fit poster à intervalles réguliers, des hommes pour le garder. (...) S'il arrivait que l'Egypte soit attaquée par les peuples de Syrie ou d'Arabie, la reine fabriquait des statuettes ou des représentations de ces soldats ainsi que des animaux qu'ils montaient. Elle ensevelissait alors ses figurines sous la terre et immédiatement le même sort frappait les êtres vivants représentés par les statuettes". Guérisons magiques dans l'ancienne Egypte de Martina Kétoura.

Bien sur, ceci est une légende car nous pouvons douter que l'armée d'un pharaon fut vraiment engloutie dans la mer rouge, mais cette légende est sans doute imspirée de la Pharaonne Hatshepsout qui dut pacifier les régions du sud de l'Egypte et donne une bonne description de la héka défensive.

dagyde2.jpg 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site