Pourquoi ce "M"

Peut-être pour ne pas confondre avec la magie au sens de prestidigitation, peut-être pour agrandir, magnifier l'aspect aventureux d'une entreprise souvent ridiculisée ou jugée inquiétante par les pouvoirs en place.

Dans de nombreuses cultures, les moyens mis en œuvre par la magie en tant que science occulte s’opposent, en effet, aux raisonnements scientifiques, ainsi qu’aux religions établies.

Les évolution des connaissances scientifiques, qui permettent d’expliquer des phénomènes comme la foudre, les mouvements des planètes, ou les réactions chimiques, ont progressivement réduit la croyance en la magie.

N'y a-t-il pas des choses mystérieuses et des interrogations troublantes qui traînent dans votre esprit ? Des rêves tellement simples : influencer le cours du destin d'un coup de baguette magique, prédire l'avenir, changer d'apparence ou se rendre invisible, communiquer avec les esprits, fabriquer de l'or, rencontrer le Diable, devenir immortel...

Depuis la nuit des temps, des hommes et des femmes ont voué leur vie à ces pratiques fascinantes et secrètes. Selon les lieux et les époques, on les a nommés sorciers, enchanteurs, magiciens, alchimistes... Leur monde est riche de sortilèges, de charmes, de rituels, de formules d'envoûtement ou de malédiction....

Existe-t-il des moyens de modifier la marche normale du monde ? Changer ce qui semble être des évidences sur lesquelles l'homme n'a pas d'emprise ? Peut-on devenir invisible ? Vivre trois mille ans ? Entrevoir l'avenir et éventuellement le changer ? Se protéger à coup sûr du malheur ? La réponse est simple : non, on ne peut pas, sauf à croire aux miracles, ce qui est assez aléatoire.

Néanmoins, il existe certains savants qui se flattent de savoir lire l'ordre caché du monde et de pouvoir l'infléchir, une fois qu'ils le connaissent bien. Leur savoir correspond à une science particulière : La Magie.

D'autres se flattent d'avoir inventé "un miracle", comme l’invention du siphon qui est due à l’Egypte (et oui !!!). On en trouve des représentations dans des tombeaux datant d’une époque très reculée.

1-38.jpg

Toujours dans un lointain passé, l'Égypte se fit la spécialité d'une magie complexe à laquelle toute la société s'adonnait par l'intermédiaire de ses prêtres. Une magie si puissante qu'elle devait permettre - un jour ou l'autre - de redonner vie aux corps momifiés ! Aussi fallait-il pour cela quantité d'amulettes, de formules, de prières, de gestes codifiés... Mais l'Égypte ne fut pas la seule : toutes les civilisations ont un jour ou l'autre sacrifié à la magie. Attention, il ne s'agit pas de sorcellerie, qui est plus grossière - un simple recueil de recettes de toutes sortes -, mais bien d'une façon grandiose de modifier subtilement ce qui existe au vu et au su de tous.

Les anciens magiciens détenaient autant les secrets de la nature (les plantes hallucinogènes par exemple) que ceux de la matière.

Hommes et femmes de haute sagesse spécialisés dans des recherches ardues, ils connaissaient la vérité du monde et frôlaient de près les êtres du Petit Peuple de Féerie. Certains les désignent sous le nom d'initiés. Appelons-les enchanteurs : les légendes qui les concernent ne nous mettent-elles pas toujours dans cet état secret, euphorique et mystérieux, à proprement parler "enchanté" ? 

Chez certains, la pratique de la magie est un don inné. Pour d'autres, un long apprentissage s'impose.

On comprend qu'on ne parvienne pas à manier ces immenses forces vivantes avec de simples recettes d'arrière-cuisine, comme en sorcellerie. La magie, disent ses adeptes, est un art de la plus haute noblesse qui nécessite un apprentissage patient et difficile. Théorie et pratique sont longues à acquérir et il est souvent nécessaire, pour s'assurer le soutien des forces de la nature, de se purifier, de méditer et de jeûner. Tout un programme n'est-ce-pas !!!

Il s'agira de connaître la nature même de la Terre et les vertus des planètes, de savoir réaliser des talismans en rapport avec sa dominante planétaire, de s'exercer à la télépathie, de mettre sur pied des cérémonies et des opérations bénéfiques. La magie permet aussi d'échapper aux envoûtements, de guérir certaines maladies et même de faire fortune - mais, en général, tel n'est pas le but de ceux qui souhaitent la pratiquer.

Pour qui sait, dans les règles, utiliser les forces de la nature, rien n'est impossible. "C'est une science pure et dangereuse comme toutes les sciences", qui compare magie et chimie : ce n'est pas parce qu'on peut fabriquer des explosifs que la chimie est condamnable. De même, ce n'est pas parce que les forces déployées peuvent être redoutables que la magie est nocive. Le tout est d'être un magicien convenablement formé et travaillant pour le bien (Papus).

 

Le magicien est celui qui, par des techniques adéquates, se sert de sa volonté pour exercer une action consciente sur la vie, ou plus exactement sur les forces vivantes existant dans l'univers. Il lui est nécessaire, pour cela, d'être longuement éduqué et entraîné afin d'obtenir les résultats désirés.

 

Une fois qu'il est entraîné, et donc considéré comme compétent, il met un point d'honneur à exercer son action avec mesure et dans le plus grand respect de la vie, sur des objets bien déterminés et dans un champ d'opérations bien délimité. Car l'exercice de la magie, entre des mains incompétentes, peut s'avérer fort dangereux.

Voici les conseils de Papus aux futurs magiciens : "Étudiez soigneusement les explications données par la magie, méditez-les et ne les acceptez que sous le contrôle très sérieux de l'expérimentation. Vous êtes appelés à étudier des forces douées d'intelligence, ce qui vous éloignera de l'enseignement classique. Habituez-vous donc à regarder froidement l'inconnu face à face, sous quelque aspect qu'il se présente, fût-ce celui d'un classique fantôme."

Avec Circé, Médée est la plus grande magicienne de la mythologie grecque. Elle possède l'art unique de préparer des philtres pour attirer l'amour ou pour détruire ses ennemis.

pelias2.jpg 

La magie, c'est-à-dire l'ensemble de pratiques qui visent à mettre l'homme en correspondance avec l'univers pour lui faire réaliser des choses qui semblent impossibles, n'a pas de morale et ne connaît ni bien ni mal. De même que la science permet aussi bien d'améliorer la vie que de détruire son prochain, de même la magie peut être totalement bénéfique ou absolument maléfique. Cela dépend du magicien et de son objectif quand il met en route le processus.

La magie blanche est la magie des vrais sages. Elle est désintéressée et ne cherche en rien à, donner du pouvoir. Elle est naturelle et le magicien n'agit que dans la connaissance extrêmement précise et érudite des ressorts du monde. Il sait qu'à tout procédé magique correspondent des planètes, des plantes, des pierres précieuses, des métaux, des couleurs... Pour obtenir le résultat souhaité, il tient compte de ces multiples éléments, uniquement dans le but d'acquérir une plus grande sagesse ou pour améliorer les conditions de vie - sous certaines réserves - de ses frères humains.

La magie noire vise principalement à nuire en s'appuyant sur les plus bas instincts du mage ou de celui qui demande ses services. En magie noire, on déploie des sortilèges et des envoûtements, on prononce des maléfices, on fait appel aux fantômes dans des opérations de nécromancie. Le but recherché est de répandre le malheur, la mort, la maladie, les catastrophes individuelles ou collectives, ou même simplement d'acquérir un pouvoir absolu sur autrui (hum, hum !!!).

Dans l'Égypte ancienne, la magie est partout ! Protégé par les formules inscrites en hiéroglyphes sur les murs du tombeau, le défunt peut triompher de la mort.

L'occultisme est, à proprement parler, la science de ce qui est caché. Existe-t-il des savoirs secrets, à la fois anciens et universels, réservés à quelques sages qui étudient leur vie durant et deviennent ainsi des initiés ? Certains l'affirment.

Les sciences occultes ne sont pas de la magie en ce sens qu'elles ne visent pas à agir sur le monde physique ou à en modifier ces lois. C'est généralement une connaissance purement intellectuelle des ressorts de notre univers. Les occultistes pensent qu'ils ont reçu une grande révélation, une lumière sur toute chose, soit par l'étude aride, soit par une illumination merveilleuse. Ils voient également des messages secrets, plus ou moins codés, dans la plupart des grands livres de sagesse comme la Bible, ils en trouvent également dans les nombres, ou dans l'architecture de monuments sacrés, ou dans les rapports entre les langues, les mots et leurs représentations graphiques. Ils étudient beaucoup les symboles, la kabbale (étude littérale de la Bible), l'astrologie et l'alchimie. Les sciences occultes sont également appelées ésotérisme ou hermétisme.

Isis est la plus importante des déesses égyptiennes et c'est à elle, qui l'a inventée et pratiquée, que les Égyptiens doivent leur magie.

Geb, dieu de la terre, et Noût, déesse du ciel et de la voûte étoilée, avaient eu des quadruplés : les deux filles Isis et Nephtys, les deux garçons Osiris et Seth. Devenus adultes, ces enfants se marièrent entre eux : Isis avec Osiris et Nephtys avec Seth. Osiris et Isis régnaient en dieux sages sur l'Égypte, mais Seth était toujours jaloux. Il tua et démembra son frère. Par bonheur, Isis parvint, après une longue quête, à retrouver les morceaux et à reconstituer son corps presque en entier. Il manquait cependant un morceau, qu'elle fabriqua par des moyens connus d'elle seule, puis elle s'appliqua à rendre vie à son frère-époux, avec l'aide de Nephtys. Les deux déesses se métamorphosèrent en oiseaux et les battements de leurs ailes finirent par rendre la respiration au dieu. Mais Isis connaissait bien d'autres pratiques magiques qu'elle avait patiemment mises au point avec sa chère sœur. Ainsi savait-elle se doter d'une escorte de scorpions qui lui obéissaient, rendre la vie aux personnes piquées par ces bêtes, faire naître des rideaux de feu, offrir à des êtres choisis par elle des pouvoirs et des protections extraordinaires... Les mères faisaient souvent appel à Isis pour préserver leurs enfants de tous les maux.

L'Égypte est certainement la première civilisation à avoir pratiqué et codifié la magie. Depuis cette lointaine période où Isis sut agir pour son époux, les Égyptiens sont férus de magie et de pratiques occultes. Pour eux, si l'on connaît les bonnes formules et si l'on réalise les préparations adéquates, on peut toujours modifier le cours normal des événements. Ce sont les Égyptiens qui ont créé le principe de la dagyde (voir ce mot), petite poupée représentant symboliquement une personne et sur laquelle on peut agir pour la rendre amoureuse, se venger d'elle, la faire souffrir ou même la tuer à distance.

Les pratiques magiques égyptiennes sont plutôt compliquées et précisément codifiées, riches en formules répétitives. Même si elles apparaissent curieuses à nos yeux, elles semblaient à l'époque si efficaces que des individus coupables d'avoir comploté en s'aidant de la magie furent condamnés, non pour le complot, mais pour l'utilisation de procédés interdits.

Les Égyptiens usent à l'envi de petites figurines de cire, représentations symboliques de personnes proches ou défuntes. Si l'on pique, brûle ou détruit la statuette, la personne visée ressentira les mêmes tourments.


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site